logo

Thursday 21st of September 2017

  • Image
  • Image
  • Image
Home Francais
PDF Drukuj Email
 

Le projet « Obcy ? Zbliżenia » («Etranger? Les Approchements ») réalisé, sans cesse, depuis 2009 par l’Association « Dla Ziemi » (pendant la première année, en coopération avec l’Association Homo Faber, et constamment en partenariat avec l’Office des Etrangers), a pour but d’organiser des actions diversifiées adressée à la communauté locale polonaise et aux réfugiés qui habitent dans des centres à Łuków et à Leonów (après la liquidation du centre en 2010, l’association a déplacé son activité à Lublin).

La première action dans le cadre du projet était une bande dessinée sur les règles d’hygiène de base, préparée par des enfants réfugiés sous la supervision d’experts. Pour les jeunes c’était quelque chose d’extraordinaire car c’étaient leurs propres dessins qui constituaient cette œuvre. Chaque enfant qui y avait participé a reçu un exemplaire de la BD et a été inscrit sur la liste des auteurs. Tous les cours artistiques (de dessin, de film, de poterie et de jonglerie) et surtout ceux de musique a joui d’une grande popularité.

Sous les yeux des professionnels, les enfants ont aussi préparé un spectacle à la base de contes et de légendes propres à leur tradition (p.ex. « La Légende de Pharmat », prototype caucasien de Prométhée ou « Dieczik Pondar », conte d’un héros), cofinancée par le Ministère de la Culture et l’Héritage National polonais. Ils ont également publié un chansonnier polonais-tchétchène. De plus, des cours d’anglais pour les enfants et les adultes ont été organisés (car d’après l’expérience, pour la plupart des familles dans les centres, la Pologne n’est qu’un arrêt dans leur migration vers l’Ouest et l’anglais est une langue universelle. De suite, pour ceux qui veulent rester en Pologne, les cours d’anglais sont un moyen d’égaliser les chances éducatives des enfants ou de rendre les adultes plus concurrentiels au marché du travail).

Le deuxième type d’actions réalisées dans le cadre du projet étaient les ateliers concernant les droits de l’homme, les ateliers antidiscriminatoires et ceux traitant de l’interculturel, donnés par des membres de l’Association Homo Faber. Toutes les classes (environ six cents élèves) de l’école maternelle no 5, rue Siedlecka à Łuków et des écoles de Niemce à côté de Lublin ont participé aux ateliers. Pour les enseignants des écoles où étaient les réfugiés de Łuków et de Leonów, des spécialistes de Centralny Ośrodek Doskonalenia Nauczycieli (Centre du Perfectionnement pour les Enseignants) ont donné des formations en droits de l’homme et en accroissement de la conscience dans le domaine de la lutte contre la discrimination et de la communication dans un groupe multiculturel.

Embaucher des assistants culturels dans deux écoles où fréquente le plus grand nombre d’enfants réfugiés dans la Voïvodie de Lublin constitue le plus grand succès de l’organisation (les assistants travaillent déjà deux ans à l’école maternelle no 5 à Łuków et à l’école maternelle no 31 à Lublin). L’expérience de Stowarzyszenie Interwencji Prawnej (l’Association d’Intervention Judiciaire) à Varsovie et de la Fondation « Ocalenie » à Łomża a inspiré cette idée. La loi sur l’éducation favorise, dès le 1er septembre 2012, les cours supplémentaires de polonais déjà existants, l’organisation des cours particuliers de différents métiers scolaires et la possibilité d’embaucher une personne parlant la langue maternelle de l’élève qui aidera les enseignants. Elle est un intermédiaire entre l’école, les enseignants et les directeurs et les parents des élèves, les élèves et les organisations non gouvernementales qui collaborent avec eux. C’est un rôle extrêmement important parce que cette personne facilite la communication, résout beaucoup de problèmes scolaires (elle dissipe des malentendus et des conflits et explique les consignes). Les assistants travaillent pendant les leçons et les réunions parents-professeurs comme un traducteur, un mentor culturel ou ils surveillent souvent les enfants et organisent les activités pendant le cours de religion.

Depuis 2012, l’association participe aux activités de Zespół Interdyscyplinarny ds Integracji Cudzoziemców (Groupe Interdisciplinaire de l’Intégration des Etrangers) avec d’autres institutions et organisations, qui réalisent le projet, telles que Caritas et Miejski Ośrodek Pomocy Rodzinie (Centre Municipal de l’Aide à la Famille) (Caritas Polska avec cinq Caritas de diocèse et MOPR à Lublin réalisent le projet « Feuille de route individuelle – intégration des demandeurs d’asile, des étrangers avec le statut de réfugié et avec la protection complémentaire sous forme de conseil complexe et d’aide judicaire » cofinancé par le Fonds Européen pour les Réfugiés et le budget national) et avec l’Association Centrum Wolontariatu (Centre du Bénévolat), l’Association Homo Faber et des écoles situées à Lublin. Les rencontres concernent, dans la plupart des cas, l’éducation des enfants étrangers dans les écoles situées à Lublin, l’amélioration des compétences pédagogiques des parents, l’élaboration de recommandations communes pour le Ministère de l’Education Nationale aussi bien que la résolution du problème de logement pour les étrangers. Les rencontres sont du type informatif et ils ont inspiré la création des ateliers adressés aux parents qui restent dans la procédure de demander le statut de réfugié, qui le déjà possèdent ou qui jouissent d’une protection complémentaire. Les enseignants qui travaillent avec les élèves réfugiés présentent le fonctionnement des écoles polonais, les lois et les devoirs des élèves et ils soulignent le rôle des parents dans l’éducation de leurs enfants. Les parents reçoivent des matériaux sur la scolarité obligatoire par exemple, dans la langue connue par eux.

Le projet « Etranger ? Les approchements » a été continué. Depuis 2012, les ateliers de dessin, de théâtre, de dance et de musique pour les enfants ont été enrichis par l’entrainement de football (des équipes tchétchènes existent toujours à Łuków et à Lublin). De plus, pour accroître les compétences des réfugiés tchétchènes au marché du travail polonais, des cours de polonais et des cours professionnelles ont été organisés (pour les hommes : le cours de carreleur, d’opérateur de charriot élévateur et pour les femmes : le cours d’esthéticienne, de coiffeuse et de gastronomie).

Même si l’association s’adresse principalement aux enfants et aux adolescents réfugiés du Centres pour les Réfugiés situés à Lublin et à Łuków, les actions destinées à la société qui accueille les immigrants n’en sont pas moins importantes. On essayait de trouver un moyen pour informer la société polonaise et les jeunes sur le problème des réfugiés d’une manière attrayante et attirant l’attention. Finalement deux clips avec un chanteur polonais de ragga-dancehal - Junior Stress, des enfants du centre, un chantre tchétchène – Zhandar Zakaev et avec des musiciens polonais, dont entre autre Tomasz Kozdraj ont été tournés. « Wojny za miedzą » et « Illi do mego dzieciństwa » basent sur les chants tchétchènes traditionnels, sont traduits par, mort depuis peu de temps, Issy Adajew et arrangés par des musiciens polonais. Les clips cofinancés par le Ministère des Affaires Etrangères polonais (« Wojny za miedzą ») et la Mairie de la ville de Lublin (« Illi do mego dzieciństwa ») et le projet « Etranger ? Les approchements » cofinancé par FER (Les Programmes d’Action Annuels de 2009, 2010, 2011 et 2012) gagnent la popularité sur Internet et atteignent, avec le message sur le réfugié, un groupe de jeunes totalement nouveau. Ce qui est important c’est le fait que les œuvres sont produites à la base d’une licence libre de Creative Commons – Uznanie Autorstwa 3.0 Polska alors elles ne sont pas commerciales et peuvent être largement répandues.

L’intégration des élèves polonais et réfugiés est un aspect très important pour l’organisation. C’est pourquoi de nouveaux projets ont été proposés, par exemple « Apprendre par jouer » de 2012 dans le cadre duquel deux groupes d’enfants ont participé aux activités intégrantes à l’école maternelle no 31 à Lublin (le projet a été cofinancé par le Ministère de l’Education Nationale polonais, un programme d’interaction pour les enfants de six et sept ans a été préparé et un livre polonais tchétchène « A quoi on joue ? » a été publié). Dans le cadre du projet écologique « Climat pour l’intégration » de 2013, cofinancé par le Ministère de l’Environnement, une plateforme éducative a été créée et une compagne éducative sur la protection de l’environnement a été organisée (des enfants travaillaient toujours dans des groupes d’intégration polonais – tchétchène).


Tłumaczenie : Dorota Padzik


 

Stworzone dzięki Joomla!. Designed by: Joomla Theme, postgresql odbc. Valid XHTML and CSS.